En constante évolution, la diversité musicale ne cesse de se renouveler à Montréal et, chaque année, des artistes de grande qualité viennent s’y installer. Pour célébrer le phénomène, la Maison de la culture Ahuntsic organise Babel Musiques, une passionnante série annuelle de rencontres et de découvertes musicales qui se déroule cette année entre le 1er et le 8 avril.

Parmi les événements proposés, Des mots sur mesure VII est particulièrement singulier, puisque des artistes provenant d’ailleurs chanteront, en français, les mots de grands auteurs-compositeurs québécois avec leur sensibilité et leurs instruments, sur leurs modes et leurs rythmes. Pour les organisateurs, il s’agit d’une sorte de bienvenue tout en musique.

 

« Ça crée un sentiment d’appartenance tellement fort, soutient Liette Gauthier, fondatrice et directrice artistique de Babel Musiques. J’ai toujours craqué pour ça. Lorsqu’on donne à des artistes qui viennent d’arriver des textes québécois qu’ils ne connaissent pas, c’est mâtiné d’accents, et quand ils mettent leurs musiques là-dessus, les temps forts se déplacent et ça devient une oeuvre en soi. Des fois, un mot est coupé en deux. Dans le public, il y en a qui pleurent. »

 

À la soirée, les artistes invités interpréteront des titres de Robert Charlebois, Claude Gauthier, Karkwa, Raymond Berthiaume, Gilles Vigneault, Jim et Bertrand, Paul Piché, Luc De Larochellière et Fred Pellerin.

Le répertoire est donc éclectique et chaque participant offre deux titres en français.

Pour le premier, on reprend aussi la musique, mais pour le suivant, les créateurs écrivent une mélodie sans avoir entendu l’originale. S’ensuit un jeu avec les spectateurs qui essaient de reconnaître les chansons, alors que Monique Giroux les anime joyeusement.

Plus que lors des précédentes éditions, des couleurs méditerranéennes seront mises en valeur. Parmi les créateurs présents, seuls Ilam et Leila Gouchi jouissent d’une certaine renommée ici.

Et parmi les autres, Suzi Silva donne dans le fado ou la bossa, et Anna-Maria Melachroinos, accompagnée par Haralmbos Tsigakis, fait revivre des chansons traditionnelles grecques.

 

Un an ou moins

Trois artistes participants sont à Montréal depuis un an ou moins : le cantaor flamenco de très bonne réputation Fernando Gallego, la multi-instrumentiste d’origine persane Elham Manouchehri et l’oudiste Nazih Borish, qui est arrivé avec la vague de réfugiés syriens.

 

« Ses enfants sont encore en Syrie », relate Joel Kerr, le directeur musical de Des mots sur mesure VII. Liette Gauthier le relance : « Chacun a des histoires comme ça et ce n’est pas simple. »

 

Issu de la tradition orale, Nazih Borish est monté sur les scènes montréalaises, notamment avec OktoEcho, Regard persan et Abeer Nehme.

Compositeur et instrumentiste de grande sensibilité, il maîtrise le flamenco, le jazz, la musique turque et, bien sûr, celle de Syrie.

De son côté, Joel Kerr dirigera à la contrebasse un orchestre maison composé de la pianiste Marie-Claire Durand, du guitariste Mike O’Brien et du multipercussionniste Bertil Schulrabe.

Pour une deuxième année, le directeur musical signe les arrangements de la soirée : « Cette fois, on a plus de duos. On pouvait donc avoir un house band plus petit, et ça va être assez facile de compléter le son, dit-il. La musique a besoin d’être fluide, alors je fais les arrangements les plus simples possible, sachant qu’en répétition, tout risque de changer. »

Avec l’équipage de l’an dernier, il s’apprête à prendre l’autobus en direction des régions du Québec. Pour d’autres bienvenues musicales.La soirée YUL-AC Musiques par Liette Gauthier« Je voulais faire une soirée sur le quartier Ahuntsic qui ne soit pas historique, mais poétique. J’ai commencé à travailler sur le 375e anniversaire de Montréal, mais j’ai reculé dans le temps pour inclure les autochtones, et j’ai retrouvé l’artiste Vainvard. Ici, on est complètement habités par ces légendes, ces contes et ces rivières. Ahuntsic, c’était la forêt. Puis, beaucoup d’Italiens sont arrivés et Marco Calliari va venir les honorer.

« J’ai aussi des témoignages. Par exemple, la pianiste Patil Harboyan va raconter l’histoire de sa famille. Dans les caravanes de l’exil arménien, c’est la musique qui a sauvé les vies. Celles du Maghreb et du Liban vont être transmises par la chanteuse Leila Gouchi, alors que Galant, tu perds ton temps ouvre sur les colons français qui sont arrivés après les autochtones : les Sulpiciens et les Récollets. Il y a beaucoup de richesses dans cette soirée-là. »

Babel Musiques
Du 6 au 8 avril, à la Maison de la culture Ahuntsic. Des mots sur mesure, samedi 1er avril à 19 h 30. YUL-AC Musiques, jeudi 6 avril à 19 h 30. Renseignements : ☎ 514 872-8749