L’arrondissement de Rosemont-la-Petite-Patrie révoquera dès mercredi les permis d’exploitation de 8 des 46 salons de massage et de commerces «exploitant l’érotisme» sur son territoire.

Depuis plus d’un an, des résidents de Rosemont se plaignaient auprès de l’arrondissement pour qu’ils sévissent contre les salons de massage de leur quartier.

Le «24 Heures» rapportait en décembre dernier le désespoir de certains résidents qui n’en pouvaient plus de voir des masseuses du salon Jasmine dans la ruelle où jouent leurs enfants, à l’angle de la rue de Bellechasse et de la 3e avenue.

Pendant des mois, des dizaines de voisins de ce salon de massage ont dénoncé le manque de discrétion de l’établissement, dans un quartier familial où l’on retrouve plusieurs écoles et des centaines d’enfants. Ils disaient éprouver constamment un sentiment d’insécurité.

Amendes et poursuite

En janvier 2016, le maire d’arrondissement François Croteau avait pourtant indiqué que le salon devait cesser ses activités commerciales, en émettant un avis d’activités non conformes.

«On a agi à la suite d’une enquête de la police parce que pour être capable de retirer un certificat d’occupation commerciale, il doit y avoir un dossier de preuves», expliquait-il au «24 Heures» en décembre dernier. Pour lui, il a été établi très clairement qu’il y avait des activités de prostitution au sein du salon.

Malgré tout, le salon a poursuivi ses activités et a reçu une série d’amendes forçant le conseil d’arrondissement à adopter en février 2016 une résolution autorisant le service des affaires juridiques à «intenter toutes les procédures judiciaires requises».

Dans un communiqué publié mercredi matin, l’arrondissement a souligné qu’il «prend les mesures nécessaires pour éliminer de son territoire les établissements exploitant l’érotisme puisque la réglementation en vigueur n’autorise pas cet usage».

Source:

Huit salons de massage érotiques fermés dans Rosemont

L’arrondissement de Rosemont-la-Petite-Patrie révoquera dès mercredi les permis d’exploitation de 8 des 46 salons de massage et de commerces « exploitant l’érotisme » sur son territoire. Depuis plus d’un an, des résidents de Rosemont se plaignaient auprès de l’arrondissement pour qu’ils sévissent contre les salons de massage de leur quartier.